Aubes navrantes

Se donner aux mots qui ravinent. Tendre une main. Sentir entre ses doigts couler les lettres. Boire à l’écume des conjonctions, bercé par le clapotis de syllabes.  Propositions incestueuses, un torrent de relatives adossées à la principale, majestueuse et lente, innervée de blessures  Que pouvais-je boire dans cette jeune Oise si ce n’était déjà Rimbaud  … Lire la suite Aubes navrantes

Barthes chasseur de traces

Tiphaine Samoyault à propos de Mythologies et des dangers de la doxa que Barthes s’emploie à traquer partout où elle menace « l’intelligibilité des signes ».  « Traquant les évidences comme le chasseur de traces, Barthes ne se contente pas [dans Mythologies] de faire un tableau de la vie des Français dans les années 1950, (...) mais il accomplit pleinement le programme d’une … Lire la suite Barthes chasseur de traces

Claude Simon, « l’envie d’écrire »

Le 19 septembre 1997, Le Monde des livres publie un entretien entre Philippe Sollers et Claude Simon dont le roman Le Jardin des Plantes vient de paraître aux éditions de Minuit. Cet entretien a lieu dans la maison de Claude Simon, à Salses (Pyrénées-Orientales).  Les relations entre Claude Simon et Philippe Sollers remontent à 1960 à l’époque où Philippe … Lire la suite Claude Simon, « l’envie d’écrire »

Ecrire : solitude ?

En février 1983, dans le numéro 5 de la revue Corps écrit, Michel Foucault publie un texte intitulé L’écriture de soi dans lequel,  ceci : « Il faut lire, disait Sénèque, mais écrire aussi. Et Epictète, qui pourtant n’a donné qu’un enseignement oral, insiste à plusieurs reprises sur le rôle de l’écriture comme exercice personnel : on doit méditer (meletan), écrire … Lire la suite Ecrire : solitude ?

Feuilleter le temps

plus vaste artificiel immense modèle jeu vrai faux texte contrarié la liberté d'aimer la vérité sauf Rimbaud plus intime petites choses au collège le grand tac au tac des livres d'action répliques d'une traite brève dans une langue aisée rythmique mesure libre exercice de détente dilemme figures humaines pas humaines retravaillées toujours à l'iPad mini … Lire la suite Feuilleter le temps

Prose Baudelaire

Dans la lettre-dédicace du Spleen de Paris adressée à Arsène Houssaye, Baudelaire déclare qu’il est à la recherche « d’une prose poétique, musicale, sans rythme et sans rime, assez souple et assez heurtée pour s’adapter aux mouvements lyriques de l’âme, aux ondulations de la rêverie, aux soubresauts de la confiance ».  Ce chemin le mène au poème en prose. … Lire la suite Prose Baudelaire

Apollinaire, cote 146

Le 27 septembre 1914, Guillaume Apollinaire rencontre Louise de Coligny-Châtillon (Lou dans ses poèmes). Le 5 décembre, il est incorporé au 38e régiment d’Artillerie de Nîmes. Le 7 décembre, lors d’une visite qu’elle lui rend à Nîmes, Louise devient sa maîtresse. Le 15 décembre, revenue à Nice, Lou prend ses distances avec Apollinaire. Le 31 décembre, Apollinaire part en … Lire la suite Apollinaire, cote 146

Ecrire : vierge

(I, 7) 19 janvier 2020-11 janvier 2021 - Le poème disait : dans la nature humide où dorment les ormeaux. Hors mots, comme une mise à l’épreuve de l’image Dans la nature où dorment les ormeauxquelque chose de ressemblant mais inachevé, en attente -o- Denis Roche à Gilles Delavaud sur sa pratique de la photographie : « Pour moi, … Lire la suite Ecrire : vierge

Cheval volant, souliers de terre

(I, 5) 1 janvier 1980-7 décembre 2020 - « La poésie, je le veux bien, est un instrument de connaissance, mais un instrument subversif de connaissance ».  -o- Subversif , du latin subversum (qui renverse, détruit l'ordre établi), lui-même issu du verbe subvertere (renverser, retourner). La subversion renvoie aux gestes de destruction et de retournement. -o- L'homme détruit qu'est Joe Bousquet … Lire la suite Cheval volant, souliers de terre