Washington, 28 août 1963

Bob Dylan & Joan Baez chantent pour les droits civiques

Trois minutes & trente-et-une secondes captées le 28 août 1963, jour de la marche pour l’emploi & la liberté (ou marche pour les droits civiques) qui réunit plus de 200 000 personnes sur l’esplanade du Lincoln Memorial à Washington. L’initiative de cette manifestation revient au syndicaliste noir Asa Philip Randolph, bientôt rejoint par les leaders d’organisations engagées dans le soutien au président John Fitzgerald Kennedy après son discours du 11 juin de la même année contre la discrimination reposant sur la race, la couleur, la religion, le sexe ou l’origine des personnes, prélude au Civil Rights Act voté par le congrès des Etats-Unis le 3 juillet 1964. 

Entre temps, Kennedy a été assassiné (le 22 novembre 1963 à Dallas). 

Le 28 août 1963 à Washington, Joan Baez et Bob Dylan participent au rassemblement. Dylan est déjà connu comme l’auteur de Blowin’ in the wind devenu un hymne de toute une génération militante. 

Bob Dylan chante Only a pawn on their game, titre qui figurera sur l’album The time’s they are a changin’ de 1964. La chanson raconte l’assassinat d’un « noir », Medgar Evers, par un « pauvre blanc » qui s’avère n’être qu’un « pion dans le jeu » des politiciens, shérifs, soldats & gouverneurs. 

La chanson résonne encore fortement après l’assassinat de George Floyd, victime d’une violence policière commise le 25 mai 2020 à Minneapolis, dans le Minnesota, état d’où Bob Dylan est originaire (né à Duluth le 24 mai 1941). 

« Dans son école on apprend (au pauvre blanc)
Depuis le début et dans les règles
Que les lois sont avec lui
Pour protéger sa peau blanche
Qu’il faut garder beaucoup de haine
Alors il ne doute jamais
Du moule qu’on lui a coulé… »

Militante des droits civiques dans l’Amérique des années soixante &, plus largement, des droits de l’homme dans le monde , Joan Baez interprète le même jour à Washington sa chanson We shall overcome reprise en chœur par le public en signe d’espoir. 

« Nous vaincrons,
Nous vaincrons,
Nous vaincrons un jour… »